Douleur totalitaire de l'amour

Publié le par Anonyme


Le Malade imaginaire

S'endort dans le duvet

D'une plume vigilante


Douce torpeur

Turpitude de foule

Un jour trompé

Par le corps docile

 

Soumis à mon coeur

Dont la démarche malhabile

Figure le mensonge

Dans une rougeur inutile

 

Toute douleur est pareille

Aux couleurs d'un soleil couchant

Si bien mêlées que tous les univers se touchent

Et culminent physiquement.


Publié dans Poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Issam Tounsi 20/11/2009 14:49


Elle ne peut être que totalitaire...
Moi aussi j'aime la chute.

Bon WE !


Anonyme 20/11/2009 17:02


C'est bien vrai... Merci, de même !


marlou 19/11/2009 21:27


J'aime la chute du poeme...Superbe !


Anonyme 20/11/2009 17:01


Merci !