"Pour vivre ici" Paul Eluard

Publié le par Anonyme

Onze haï-kaïs


I

A moitié petite,
La petite
Montée sur un banc.


II

Le vent
Hésitant
Roule une cigarette d'air.


III

Palissade peinte
Les arbres verts sont tout rosés
Voilà ma saison.


IV

Le cœur à ce qu'elle chante
Elle fait fondre la neige
La nourrice des oiseaux.


V

Paysage de paradis
Nul ne sait que je rougis
Au contact d'un homme, la nuit.


VI

La muette parle
C'est l'imperfection de l'art
Ce langage obscur.


VII

L'automobile est vraiment lancée
Quatre têtes de martyrs
Roulent sous les roues.


VIII

Roues des routes,
Roues fil à fil déliées,
Usées.


IX

Ah ! mille flammes, un feu, la lumière,
Une ombre!
Le soleil me suit.


X

Femme sans chanteur,
Vêtements noirs, maisons grises,
L'amour sort le soir.


XI

Une plume donne au chapeau
Un air de légèreté
La cheminée fume.


- 1920 -

Publié dans Un poète

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marlou 31/10/2009 17:59


Pour moi, c'est une découverte...Merci du partage


Anonyme 31/10/2009 23:59


J'avoue avoir découver ces poèmrs il y a peu, alors que je connais bien et adore Paul Eluard, de rien !